Actualités

Actualités (4)

Les travaux de réhabilitation de la piste d’atterrissage de l’aéroport International de Goma portant sa longueur à 3000 mètres enregistrent des avancées significatives. Les travaux de décapage de la lave se poursuivent à un rythme de plus en plus accéléré.

L’entreprise CHINA FIRST, combine actuellement les méthodes d’excavation mécanique et physique. Si la première s’opère avec les pelles sur lesquelles sont montées des brise-roches hydrauliques (BRH), la seconde consiste en la défragmentation à grande envergure au moyen d’un gaz liquéfié (dioxyde de carbone) chargé dans des trous forés. Par ailleurs, pour accélérer le décapage de la lave, l’entreprise a instauré le travail de nuit.

A ce jour sur l’axe de la piste, l’entreprise a pu réussir à faire la jonction entre la partie de la piste en exploitation et la partie envahie jadis par la lave. Cette distance s'étend sur la largeur de l'emprise de la piste existante uniquement. Le décapage de la lave constitue un préalable à la construction du prolongement de la piste existante.

Une fois ces travaux complétés, la longueur de la piste passera de 2665 à 3000 mètres et devrait offrir aux avions qui atterrissent dans cet aéroport de conditions de sécurité beaucoup plus rassurantes.

Pour activer davantage son rendement de décapage, cette entreprise chinoise a tenu à informer le maitre d’ouvrage délégué, la CEPTM-PASAG, « l’arrivée sur le chantier de deux (2) nouvelles pelles avec Brise Roche Hydraulique (BRH), d’ici le 22 septembre prochain.

En attendant, deux pelles avec BRH sont en activité et deux pelles chargeuses pour une évacuation rapide des blocs  la lave décapée.

Bien avant le démarrage de cette méthodologie, l’équipe de sauvegarde environnementale et sociale de l’entreprise, a procédé à la sensibilisation des travailleurs et des populations riveraines sur ce qui concerne l’exécution des travaux de nuit de 17h à 01h du matin et l’utilisation de dioxyde de carbone pour le décapage de la lave pendant la journée. Il faut dire qu’à ce stade, après adoption par le maitre d’ouvrage délégué, la CEPTM-PASAG, du Plan de Gestion Environnemental et social (PGES), l’entreprise a pris toutes les dispositions sociales et sécuritaires requises et conformément aux exigences de la Banque mondiale, afin de ses conformer à ce type des travaux. Les BRH de l’entreprise China First en plein travail de décapage la nuit.

Travaux de réhabilitation et prolongement de la piste d’atterrissage visent à reconstituer la piste à 3000 mètres, sa longueur d’avant l’éruption volcanique du 17 janvier 2002. Le délai d’exécution desdits travaux étant de douze mois, la fin de ceux-ci est ainsi projetée au 31 Mai 2020.

Signalons qu’en plus du prolongement de la piste sur 335 m de long, d'autres  travaux prévus consistent à : (i) la construction des aires de sécurité d’extrémité de piste et des prolongements d’arrêts aux seuils 17 et 35 (nord et sud de la piste), (ii) la mise à niveau des voies de circulation (taxiway), (iii) l’aménagement des accotements et des bandes intérieures de part et d’autre de la piste sur une longueur de 2665 m et sur une largeur respective de 7,5 m et de 75 m, (iv) la réhabilitation du taxiway non couvert par la lave et son raccordement avec le tarmac passager, (v) l’aménagement de la route de service et (vii) l’installation du balisage diurne.

 

Au chantier des travaux de réhabilitation et d’extension de l’aire de stationnement des avions, l’entreprise CHINA FISRT (CFEHC), poursuit les travaux de  prolongement du passage busé sous la voie de circulation par la pose la jonction des éléments de buse et le bétonnage des regards afin de canaliser les eaux pluviales qui ruissellent sur le bassin versant nord-est de la piste.

Pour ce qui concerne l’achèvement des travaux de la couche de nivellement, les ceux-ci sont en attente du fait que ceux du passage busé et du caniveau  Qmax ne sont pas encore achevés.

Depuis le mois de mars 2019, l’entreprise chinoise CFHEC, se consacre aux travaux de l’extension du Tarmac sur une superficie de 8.000 m². Après le décapage de la lave volcanique qui a couvert la zone d’extension du tarmac, l’entreprise a procédé aux travaux de déblai, de remblai et de nivellement afin de préparer la pose de la couche de base en sol stabilisé au ciment.

Dans la perspective de la certification de l’aéroport de Goma comme aéroport international, le Projet d’Amélioration de la Sécurité à l’Aéroport de Goma (PASAG) a été mis en vigueur en vue d’améliorer la sécurité, la sureté et les opérations de l’aéroport en général. L’obtention par l’aéroport de Goma de la certification 4D de l’OACI est un atout majeur sur le plan économique, pour attirer les compagnies aériennes internationales. Il y aura un impact financier direct sur la gestion de l’aéroport et l’économie de la ville. Cette certification  aura aussi une influence sur la baisse des coûts de transport aérien en général. Avec l’amélioration des infrastructures aéroportuaires, Goma deviendra au niveau politique une plaque tournante dans la région et augmentera, en particulier, son influence et, en général, celle de la RDC.

Rappelons que le maitre d’ouvrage délégué, la CEPTM – PASAG, attend la livraison de l’ouvrage, conformément au délai contractuel, le 26 mai 2020.

La centrale électrique de l’aéroport de Goma est quasiment hors service depuis après 1996, quand le dernier groupe électrogène avait rendu l’âme. Le PASAG, en tant que Maitre d’ouvrage délégué, la Régie des Voies Aériennes, en sa qualité d’entité bénéficiaire, la mission de contrôle, INTAIRPLAN, et l’Entreprise SINOHYDRO travaillent ensemble pour remettre en service la centrale électrique, en améliorant ses conditions d’exploitation par la fourniture et l’installation des nouveaux équipements y compris la rénovation et l’extension de son bâtiment, sur financement de la Banque Mondiale.

Construire ou réhabiliter une centrale électrique pour un aéroport international tel que celui de Goma est un projet unique, elle nécessite de faire appel à des compétences variées (génie civil et génie électrique) et requiert un investissement relativement important.

Trois (3) mois après le démarrage des travaux, le chantier est au point d’aménagement à l’extérieur et à l’intérieur de la centrale. L’entreprise SINOHYDRO, se consacre aux travaux des fouilles et bétonnage des socles de colonnes pour la construction de la zone d’extension de la centrale électrique. Les travaux de terrassement pour le système sanitaire et l’emplacement des citernes de carburant se poursuivent également. Dans la salle d’Energie et des Groupes électrogènes, l’entreprise exécute les travaux de terrassement des caniveaux à câbles après avoir démonté les anciens équipements.

Tenant compte des progrès techniques/technologiques réalisés par les constructeurs aujourd’hui et des changements intervenus sur le marché des équipements électriques, le Maître d’ouvrage délégué, la CEPTM-PASAG, et la Régie des Voies Aériennes ne se sont pas limités aux simples travaux de réhabilitation et d’extension du bâtiment mais ils tiennent à installer des équipements de nouvelle génération avec des caractéristiques fonctionnelles différentes de celles d’avant, ce qui offre à l’aéroport international de Goma une sécurité plus accrue grâce à la fourniture de l’énergie secourue et HQ (haute qualité) 24 heures sur 24.

Les travaux qu’exécute SINOHYDRO, consistera à la transformation des salles (salle des groupes, salle Energie et salle de livraison Haute Tension), l’agrandissement du bâtiment existant et la rénovation de l’ensemble du bâtiment.

En outre, SINOHYDRO assurera la formation des techniciens de la RVA chez les divers fournisseurs de matériels. Cette formation qui sera complétée par celle prévue sur site devra permettre à ces agents d'assurer la bonne exploitation des équipements, les opérations de maintenance préventive et curative, et les diagnostics de pannes. Elle se déroulera sur les groupes électrogènes, les régulateurs de tension, l’alimentation sans interruption (ASI), les équipements haute et basse tension, l’automatisme, les équipements de gestion centralisée de l’ensemble des installations, les câblages, etc.

Ces travaux de réhabilitation de la centrale électrique sont très importants pour l’aéroport de Goma. Ils permettra au système électrique de l’aéroport de s’adapter aux nouvelles conditions d’exploitation tout en profitant des dernières avancées technologiques pour en améliorer la disponibilité, les rendements, la puissance, la robustesse et l’adapter aux dernières exigences environnementales.

La CEPTM-PASAG salue les efforts de sensibilisation qu’enregistrent les entreprises en contrat avec elle, dans la lutte contre Ebola. Les Environnementalistes des entreprises SINOHYDRO et CHINA First, en collaboration avec un Expert de l’OIM, ont mené des campagnes des sensibilisations sur les mesures de préventions contre le virus Ebola auprès des agents et cadres des entreprises en chantier à l’aéroport de Goma.

Ces séances des sensibilisations consistaient à informer les agents et cadres de ces entreprises sur la manière de se laver efficacement les mains, attiraient leur attention sur l’importance d’éviter les contacts avec les porteurs potentiels du virus et leur expliquer les mesures à prendre et où se rendre en cas de suspicions d’apparitions des symptômes du virus.

Le Coordonnateur de la CEPTM-PASAG a félicité les équipes de la sauvegarde environnementale et sociale des entreprises SINOHYDRO et CFEHC, pour ces efforts de sensibilisation dans la lutte contre le virus Ebola, dans les différents chantiers à l’aéroport de Goma. Il a souligné qu’Il est important que nous tous soyons proactifs et engagés dans la lutte contre Ebola à tous les niveaux depuis que l’épidémie a été déclarée en République démocratique du Congo (RDC) et à Goma particulièrement». Il a salué en outre les dispositifs mis en place par ces entreprises, conformément aux recommandations sanitaires qui se matérialisent au quotidien par un dépistage des symptômes d’Ebola aux points d’entrée des bases techniques. Ainsi, toute personne se fait vérifier la température, se lavent les mains et peut lire les messages de sensibilisation affichés pour lutter contre le virus Ebola. « Lavez-vous les mains, ce geste simple peut sauver des vies », a – t-il soutenu.

« Afin de mettre un terme à la propagation de l’Ebola, nous devons sensibiliser chaque membre de  nos familles sur le danger du virus ».

Photo de famille des travailleurs de l’entreprise CHINA First, après la séance de sensibilisation sur la lutte contre Ebola

« L’engagement des jeunes travailleurs ici aux chantiers de l’aéroport est extraordinaire. Des jeunes, femmes et hommes se sont engagés après ces séances de sensibilisation, d’être de porteurs du message à leur tour auprès des membres de leurs familles et dans leurs quartiers sur le virus Ebola et sur les mesures à prendre afin de l’arrêter », a fait savoir le formateur, MANY KONG, Directeur du Projet Challenge Youth et expert à l’OIM.

Ces actions volontaires de sensibilisation sont primordiales afin d’aider à freiner la propagation rapide au sein des familles et des communautés. « Ici, la prise de conscience est visible. Les gens sont mieux informés à propos de la crise et sur la façon appropriée d’y faire face», a-t-il fait savoir.

« Rendez-vous au centre de traitement le plus proche, allez-y rapidement si vous ne vous sentez pas bien, et soyez prudent de ne pas infecter les membres de vos familles » conclut – il, cette journée de sensibilisation.

Ces travaux de réhabilitation de la centrale électrique sont très importants pour l’aéroport de Goma. Ils permettra au système électrique de l’aéroport de s’adapter aux nouvelles conditions d’exploitation tout en profitant des dernières avancées technologiques pour en améliorer la disponibilité, les rendements, la puissance, la robustesse et l’adapter aux dernières exigences environnementales.